À PROPOS

J’ai toujours été passionnée par les Arts et la Communication.

Dans la 1ère partie de ma vie, pour des raisons professionnelles, j’ai privilégié la communication et les rapports humains

Depuis que j’ai quitté mes activités professionnelles, j’ai réalisé mon rêve : faire de la photographie d’art .

J’ai effectué de nombreuses expositions et concours en Province et à Paris. Un certain nombre de mes photos ont d’ailleurs été primées. C’est notamment le cas en 2012, où j’ai obtenu le 1er prix national de photo « En Humain » à Tulle , le 1er prix des artistes à Paris : Mairie du 9ème.  et 2013 photo primée à Limoges .

Certains articles concernant mes expositions et un grand nombre de mes photos ont paru dans la presse en France et à l’Etranger.

Je suis Membre de la fédération française de la photographie (FFP), et j’adhère à deux clubs (Objectif Image et SNCF Paris Nord). Je participe également à deux associations d’artistes « Contraste » à Montfermeil 93 et « d’un art à l’autre » à Issy les Moulinaux 92 – Chantelle 03.

J’ai été présidente pendant 10 ans de l’association : « cours d’histoire de l’art Lannelongue » de Paris 9ème dont je suis toujours membre actif.

LE TEMPS D'UNE PAUSE

Préface de Nicole GUINARD

Jeannine Laïk née à Paris, a passé son enfance dans le Bourbonnais près de Vichy, après ses études, elle a privilégié la communication et les rapports humains en exerçant pendant quarante ans la profession d’infirmière et de cadre infirmier dans les hôpitaux de l’assistance publique à Paris. Bien qu’investie pleinement auprès de ses patients, elle a toujours été passionnée par les arts.. Toujours en quête de nouveautés techniques et artistiques, elle fait de nombreux voyages culturels et fréquente assidûment toutes les manifestations artistiques importantes, elle suit également les cours d’art au Louvres et les cours Lannelongue se promettant dès qu’elle serait libre, de s’adonner entièrement à la photographie.

Libérée de ses obligations professionnelles, c’est donc tout naturellement et avec passion qu’elle a enfin réalisé son rêve et s’est lancée en 2000 dans la « photographie d’art »

Elle a été encouragée dès ses débuts par de professionnels de la photo. Ses rencontres notamment avec la célèbre photographe humaniste Sabine WEISS et de nombreux artistes peintres, sculpteurs et photographes l’ont encouragée à mettre en application tous ces acquis et à poursuivre son travail photos.

Elle a présenté ses photos dans de nombreuses expositions à Paris et en Province, participé à de nombreux concours où plusieurs de ses photos ont été primées et certaines d’entre elles ont obtenu un premier prix et ont fait l’objet d’articles et de publications dans la presse en France et à l’Etranger. Son sens critique et sa compétence l’ont aussi amenée à participer à des jurys lors de manifestations artistiques.

Depuis ses débuts elle a accumulé une moisson d’images qui témoignent de son intérêt pour ses contemporains et son environnement rien ne la laisse indifférente, elle laisse libre cours à son imagination, à ses émotions et à son sens de l’esthétique, elle vibre pour tout ce qui l’entoure. Elle aime musarder dans les rues de Paris, s’imprégner des odeurs, de la lumière et de l’activité de la rue, elle aime poser un regard émerveillé, tendre et amusé, sur le monde qui nous entoure, ce monde en perpétuel mouvement. Elle jette sur ses contemporains, un regard bienveillant sans voyeurisme.

Elle se nourrit du quotidien et témoigne de ce qui nous est commun à tous.

Son sens de la couleur, son instinct et sa sensibilité liés à une recherche permanente du détail et de la perfection, l’ont amenée vers une forme épurée alliant beauté et simplicité. Elle sait sublimer des scènes banales du quotidien, capter une intention, un sentiment et transmettre ses émotions, elle sait saisir la lumière, les harmonies chromatiques mais aussi un mouvement, une expression sur un visage… Ses photos témoignent d’une sensibilité à fleur de peau et d’une grande liberté d’action, d'ailleurs elle a fait sienne la formule clé des impressionnistes «fais ce que tu vois, ce que tu veux, ce que tu sens »

Ses photos révèlent sa vraie personnalité, besoin de partager les émotions qu’elle éprouve en observant des scènes banales de la vie courante, joie de vivre, énergie, dynamisme, sensibilité, tonicité…C'est par la photo qu'elle aime s'exprimer et faire partager ses émotions avec le public.

Enfin, Jeannine Laïk possède un réel talent, à travers ses photos, elle nous émeut, nous fait vibrer et nous ravit par la simplicité des situations et des sujets choisis, les contrastes de couleurs, la diversité des sujets, la luminosité des extérieurs, l’énergie et la gaieté qu’elle dégage.

Les images fidèles à la prise de vue ne sont pas retravaillées sur ordinateur et sont soigneusement classées par thème pour garder en mémoire une trace de son époque.

Pour ce premier livre, Jeannine Laïk aborde volontairement des sujets aussi divers que les paysages, les fleurs, les animaux, les gens de la rues, les arts et les portraits.

Son LIVRE s’inscrit résolument dans son époque. Ses gros plans sur les différents milieux sont autant de témoignages de notre temps…

« 1, 2, 3 SOLEIL ! »

Autrefois, un adorable cancre à peine rentré en catimini de l’école buissonnière, profitait d’une escale administrative pour gribouiller le tableau noir, cachant la craie dans sa manche. D’un mouvement leste, il se retournait pour guetter à la fois le retour de l’instituteur et l’encouragement de ses camarades moins hardis.

Ce n’était pas seulement des prix qui furent ensuite distribués.

Avec ses vêtements délicieusement surannés, auréolée du défi amarante de son bandeau, nul doute que cette petite fille modèle voudrait bien elle aussi inscrire son graffiti à cet étonnant tableau d’une salle de classe à ciel ouvert: « le mur des je t’aime.

Mais décidément ici on est trop vu et trop connu.

Jouons à un autre jeu, l’air de ne pas y toucher !

« 1, 2, 3 SOLEIL ! »

Que plus personne ne bouge ! Car tous ces signes pourraient s’envoler comme une nuée d’oiseaux, il faudrait les recopier cent fois, mille fois, pour retrouver le sérieux d’un regard qui s’arrime si solidement à tous ces tendres et bienveillants complices qu’on aimerait tant connaître.

Sylvie Marmaroli

Liens